Quel que soit le mode de chasse pratiqué (affût, approche ou battue), le risque de blesser un gibier est bien présent et peut arriver aux meilleurs d’entres nous. Mais que faire lorsque le chasseur se retrouve face à un animal blessé ? Comment en être sûr et surtout, qui contacter ?

Définition

La recherche au sang est un acte de chasse visant à retrouver le gibier blessé et ainsi lui éviter des souffrances inutiles. Cette pratique est réalisée par les conducteurs de chiens de sang accompagnés de leur indispensable chien de rouge. 

Ce sont des chiens qui sont spécialement éduqués pour suivre la piste d’un animal blessé sur une longue distance. Les principales races utilisées en France sont le Rouge de Bavière, le Rouge de Hanovre, le teckel, le Munsterlander, le Fauve de Bretagne, le Saint-Hubert, le Drahthaar et le Labrador.

En France, une association a été créée pour former ces conducteurs à cette discipline particulière et obtenir de meilleures chances de succès : l’UNUCR.

L’UNUCR

Fondée en 1980, l’Union Nationale pour l’Utilisation de Chiens de Rouge ou UNUCR est une association à but non lucratif. Son but est de former des chasseurs et des chiens à la recherche du gibier blessé mais également apporter des connaissances sur le gibier et les territoires.

Cette association regroupe près de 780 conducteurs sur le territoire national qui réalisent, de façon bénévole et par passion, des recherches sur des animaux blessés. Ils n’exercent pas une action de chasse mais une action spécifique de recherche.

Quelques chiffres (2017/2018) :

  • 26 288 interventions réalisées
  • 9 010 réussites
  • 11 045 échecs
  • 7 918 contrôles de tirs

Les bon comportements à adopter

Avant même de chasser, vous pouvez prévoir dans votre véhicule ou emporter avec vous des petites choses qui peuvent s’avérer bien utiles.

Tout d’abord, vous pouvez récupérer le numéro de téléphone des conducteurs de votre département ou celui dans lequel vous chassez. Ces contacts sont disponibles auprès de la Fédération des Chasseurs (sur le site internet ou au secrétariat) ou sur le site de l’UNUCR :

http://www.unucr.fr/2-liste-conducteurs-26-09-2.pdf

Ensuite, prévoyez des mouchoirs, du PQ ou des bandes spéciales recherches. Cela permet de marquer visuellement l’anschluss [1] et les zones de présence d’indices. Ainsi, lorsque le conducteur se rendra sur les lieux, vous lui offrirez un bon gain de temps pour démarrer la recherche. A noter : préférez des matières biodégradables !

Lorsque vous vous rendez à l’anschuss, faîtes attention à :

  • Ne pas piétiner les indices observés
  • Ne pas éparpiller les indices et les reposer à leur place
  • Bien marcher à côté de la coulée du gibier ou du sang
  • Ne pas suivre votre animal sur plus de 100 m
  • Bien marquer l’anschuss et la direction de fuite (si vous l’avez) avec des mouchoirs, etc.
  • Informez votre chef de battue et président de la situation

Contrôler son tir

Vous venez de tirer un animal et vous pensez l’avoir blessé. Voici les étapes à suivre lorsque vous effectuer un contrôle :

  • La réaction lors du tir

Au moment du tir ou juste après, il est important de regarder le comportement de l’animal ou de demander à ses voisins de poste s’ils ont observé quelque chose (affaissement, plainte de l’animal, dos voûté, fuite plus rapide ou lente, etc). Le tireur doit ensuite situer la zone précise où il a tiré l’animal (l’anschuss) pour, peut-être, trouver les premières gouttes de sang à l’impact de la balle.

Voici les types de réaction du gibier au coup de feu :

  • La recherche d’indices à l’anschuss

Après l’annonce de fin de chasse, le tireur peut se déplacer à l’anschuss et essayer de retrouver à et autour de cette zone : 

  1. La trace ou l’impact de la balle (sillon dans la terre, impact dans l’arbre…)
  2. Indices du gibier (empreintes, sang, poils, os, lambeaux de chair, organes…)
  • La recherche d’indices dans la direction de fuite

Certaines blessures ne commençent à saigner que bien après l’impact ou très peu. Il est donc nécessaire de prospecter, sur une distance de 100 m, la trace de fuite (si elle est visible) ou en faisant des cercles autour de l’anschuss pour repérer des traces (le sang est recherché en priorité).

Sylvain en recherche en Gironde (33)

D’autant plus, si vous trouvez des indices à l’anschuss, continuer sur une distance de 100 m peut vous permettre de retrouver votre animal mais attention à ne pas dépasser cette distance ! Un animal blessé qui est relevé a moins de chance d’être retrouvé.

  • L’appel d’un conducteur

Des indices ont donc été indentifié à l’anschluss ou sur la trace de fuite de votre animal. Un pistage d’une centaine de mètres a été effectué mais l’animal n’a pas été retrouvé. La première chose à faire est de marquer les zones où les indices se situent. Cela facilitera la tâche du conducteur pour guider son chien sur la voie.

Enfin, vous pouvez appeler le conducteur et lui expliquer la situation. Vous vous rendrez un peu plus tard sur le terrain pour entamer une recherche au sang…

Encourager les chasseurs

Malheureusement, encore trop peu de chasseurs vérifient leurs tirs pensant qu’ils ont tout simplement loupé leur animal et ne font donc pas appels aux conducteurs. Selon l’ANCGG, entre 10 et 20 % des animaux tirés sont blessés.

Notre rôle est de promouvoir le recours à un conducteur et l’importance de cette discipline mais également sensibiliser les chasseurs à vérifier leurs tirs. Nous devons donc :

Réussite pour Mikaël en Ille-et-Vilaine (35)
  • Encourager le chasseur à contrôler son tir s’il a eu l’occasion d’en effectuer un. Ce dernier permettra peut-être de confirmer la blessure d’un animal présumé manqué.
  • Faire intervenir un conducteur de chien de sang pour entamer une recherche si l’animal s’avère blessé.
  • Dissuader les chasseurs de faire leur recherche eux-même. Un animal blessé qui est relevé a moins de chance d’être retrouvé.
  • Persuader les chasseurs de laisser les conducteurs traverser leur territoire si l’animal est passé.
  • Enfin, dans certains départements, lorsque l’animal est retrouvé, le bracelet est remboursé ou remplacé par la Fédération.

Le conducteur peut également être amené à intervenir sur des collisions avec des voitures, lors de battue administratives ou encore lors de travaux agricoles.

« Jusqu’au bout … »

La recherche du grand gibier blessé concerne toutes les méthodes de chasse à tir, dans toutes les régions, même si elle se spécialise pour le grand gibier. Elle est le devoir éthique et moral de tout chasseur.

Le fait de contacter un conducteur de chien de sang constitue la preuve du respect que le chasseur éprouve pour les animaux qu’il chasse. Aujourd’hui, on constate que les plans de chasse augmentent ainsi que le nombre de conducteurs mais le nombre de recherches effectuées lui, ne semble pas évoluer de la même façon.

C’est donc à nous, chasseurs, de jouer notre rôle et sensibiliser sur le rôle et les enjeux de la recherche au sang.


[1] Zone où se trouve l’animal lors du tir
© Mikael Coqueux, conducteur en Ille-et-Vilaine (35), région Bretagne.
© Paul Ponsar, chasseur à l’arc lors d’une sortie suite à un tir sur brocard, en Gironde (33).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici