Je m’appelle Mathéo. Je suis un jeune chasseur de 21 ans. Dans mes veines, coule du sang à la fois alsacien et catalan. Dès ma plus tendre enfance, j’ai été sensibilisé à la nature et toutes ses richesses par un père membre de la LPO, passionné d’ornithologie et « ancien anti-chasse ». Je n’étais donc pas prédestiné à devenir chasseur, mais il a suffi d’une journée de chasse en compagnie de mon grand-père maternel pour transformer ma vie. Il a su me transmettre sa passion et ses valeurs.

Je pratique autant le petit que le grand gibier, avec différents types d’approches. Je suis avant tout un passionné du monde de la chasse et non d’une pratique en particulier. Il y a quelques semaines, j’ai pu, avec la plateforme www.journeedechasse.com, trouver une nouvelle formule cynégétique et la réserver en ligne. J’ai choisi un week-end au petit gibier dans le département de l’Aude et plus précisément sur la commune de Durban-Corbières.

Vendredi 25 octobre

Nous arrivons avec un ami, sur la Commune de Durban. Nous sommes accueillis chaleureusement par le Président de l’ACCA locale. Il nous propose de faire un tour du territoire. La zone, très vaste (2 500 hectares), est magnifique : des vignes à perte de vue, de la garrigue, de nombreuses haies et des jachères.

Samedi 26 octobre

Premier jour de chasse. Nous arrivons à l’aube sur le secteur choisi la veille avec mon collègue. Les fusils sont sortis, les gilets ajustés et le chien est lâché dans les premières vignes. Très vite, nous apercevons au loin les premières grives. Au bout de quelques rangées, nous prélevons nos premières musiciennes de la saison, quel bel oiseau ! Nous restons à l’affût jusqu’à 13 heures puis cessons en raison de la forte chaleur. Tableau de la matinée, 7 grives musiciennes !

Dimanche 27 octobre

Second et dernier jour de chasse. Nous sommes remontés à bloc et plein d’optimisme. Le nouveau secteur choisi semble intéressant. Dès les premiers rayons du soleil, nous avons la chance de prélever quelques musiciennes en longeant des haies.

Nous arrivons ensuite dans une vieille vigne bordée de garrigue. Tout se passe alors très vite : je prélève une grive qui tombe dans une rangée quand, au même moment, l’épagneul breton de mon collègue lève un lièvre juste au-dessus de nous ! Il tire alors à deux reprises et me fait signe qu’il pense l’avoir touché au second coup. Je m’avance rapidement dans une rangée de vignes, le lièvre descend vers moi. Je tire à mon tour et roule à ma deuxième cartouche. Je suis soulagé d’avoir pu abréger les souffrances de ce lièvre, gibier royal qui donne aux chasseurs de grandes émotions.

La journée se termine avec quelques beaux tirs de grives, ces dernières étant toujours aussi nombreuses sur le territoire. Des perdrix rouges seront aperçues au loin, hors de portée des fusils, pour le plus grand plaisir des yeux. Comme le dit Pascal Blaise : « Ce n’est que la chasse, et non la prise qu’ils recherchent ».

Un week-end riche en émotions…

Un superbe week-end s’est donc terminé. Il m’a permis de découvrir ce magnifique département qu’est l’Aude et d’y chasser du gibier « sauvage », ce qui est primordial à mes yeux. 

Nous remercions le Président de l’ACCA de Durban-Corbières pour son accueil et à l’équipe de Journée de chasse pour sa disponibilité, sa réactivité et son engagement. 

Je vous invite également à nous suivre, moi et mon collègue de chasse, sur notre nouvelle page Instagram « Chasse_ethique » !

En Saint-Hubert.


Vous souhaitez vivre ou découvrir cette expérience de chasse ? Cliquez sur le bouton ci-dessous afin d’accéder à l’annonce !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici