Comment améliorer ses techniques d’approche

Le Pod’Chasse – Episode 3

Présentation de l’épisode

Comment améliorer ses techniques d’approche ? Dans ce troisième épisode, Paul reçoit Édouard Lavallart, archer et carabinier inconditionnel de la chasse à l’approche. Vous pouvez le retrouver sur Facebook et Instagram avec le compte  Édouard entre bois et marais. A travers ce podcast nous reviendrons sur les différentes techniques d’approche. Edouard nous partagera ses conseils et ses expériences aussi bien à l’arc qu’à la carabine.  

Résumé de l’épisode

Présentation de l’invité : 

Édouard est un chasseur passionné présent sur les différents réseaux sociaux. Il a été guide de chasse.

Le vent : le meilleur allié du chasseur

“Le vent, c’est votre meilleur allié, mais c’est aussi votre pire ennemi. Que ce soit un chevreuil, un sanglier ou un renard, il vous sentira très loin. J’ai toujours sur moi soit un briquet, soit une petite poire remplie de talc pour m’indiquer le vent et je fais ca tous les 50 mètres, c’est un réflexe”. Nous explique Édouard.

Pour lui, le vent est l’un des points les plus importants dans la chasse à l’approche. Comme il le nous le dit, il n’hésite pas à faire des détours de centaines de mètres pour être à bon vent. 

Par ailleurs, Edouard nous dit qu’afin de réaliser une bonne approche, il est nécessaire de “masquer les trois tâches”, c’est-à-dire de dissimuler la tête et les mains. 

Technique d’approche : les jumelles

“Ne serait-ce que ses mains pour prendre ses jumelles et les monter aux yeux. L’animal ne comprend pas très bien ce que c’est. Dès l’instant que vous cassez la forme avec des gants ou une cagoule. Pour l’odeur,  le vent est vraiment important.”

Comment améliorer ses techniques d’approche : de bonnes chaussures 

Pour un chasseur à l ‘approche, un de ses alliés se trouve à ses pieds : il faut avoir des bonnes chaussures d’approche.

“C’est sûr qu’il faut avoir une paire de chaussures très souple ou alors très légère. J’ai fait de très belles approches avec des baskets type sneakers, avec des petites semelles plates. Ça fait pas de bruit, c’est très léger, c’est pratique plutôt que d’avoir des grosses chaussures de marche. Après on peut avoir des des très bonnes chaussures spéciales d’approche, ça existe.”

Comment améliorer ses techniques d’approche : la marche

“La manière de marcher, c’est, c’est de mettre le talon d’abord, et ensuite d’écraser avec sa pointe. C’est une marche qui n’est pas très naturelle parce qu’on a plus tendance à poser le pied entièrement.” Bonnes pratiques :  ramper et d’être le plus près du sol, car les animaux n’ont pas l’habitude d’avoir des bipèdes devant eux. 

Comment améliorer ses techniques d’approche : conseils de tir

Pour faire un bon tir, il est nécessaire de faire le vide, de se calmer. Il est aussi très important d’avoir une bonne canne de pirsch, d’être bien calé et de bien respirer. Edouard recommande aussi de ne pas régler sa détente, et surtout ne pas trop zoomer. Il parle ensuite du placement de la balle. Edouard révèle qu’il ne vise jamais le coeur d’un chevreuil, qui est très bas, et préfère viser plus haut..

Comment améliorer ses techniques d’approche : les appeaux

“On connaît tous le buttolo qui est un appeau en forme de poire noire. On a juste une simple pression à faire, et une pression un peu plus longue si on veut faire le bruit de la chevrette. C’est, selon moi, le plus facile à utiliser.”

Il mentionne aussi un appeau fait avec un vrai bois de chevreuil.

“C’est esthétique, c’est garanti à vie et pour moi ça fait le meilleur son car ça fait un son qui peut être très aigu, très grave, très fort, très faible et je peux aussi faire l’appeau renard, tel un lièvre blessé.

Il choisit des endroits dégagés avec une vue panoramique pour appeler,mais jamais en plein champ. 

“Tu vas faire venir un animal très près, voir trop près de toi, alors si tu es un endroit où tu as une belle visibilité assez dégagé, tu vas le voir arriver de loin. Le but, c’est pas qu’il arrive dans tes dans tes pompes en étant à 5 mètres. Le but c’est quand même de le voir arriver à 100 mètres et de le tirer le plus proprement possible quand il est à 20 mètres de toi, que ça soit à l’arc ou à la carabine, ça peut venir très vite.”

Il parle également de la chasse à l’appel :

“On peut aussi chasser à l’appel, c’est-à-dire provoquer un brocard en aboyant. Un brocard, c’est quand même très territorial. Il t’aboie en premier, il suffit juste de lui répondre, mais jamais faire un son plus fort que le broc. Non, faut montrer que t’es dominé et là il va continuer à aboyer. Il faut continuer à aboyer et au fur et à mesure en fait, il va se rapprocher. Faut pas hésiter aussi à taper du sol, enfin taper le sol avec son pied ou alors gratter du pied. Il va être provoqué et venir très proche de toi.”

Anecdote de chasse

“J’en ai beaucoup. Tu sais, il y a les émotions en termes de trophées, et celles en termes de qualité de chasse. J’ai un souvenir d’un chevreuil que j’ai que j’ai tiré. J’ai fait 200 mètres d’approche, je l’approche à 3 mètres et je l’ai tiré et bon je je l’ai fait. Il a fait 20 mètres de fuite et il est. mort. Et ça, c’est assez incroyable de dire que t’arrives à 3 mètres d’un chevreuil, 3 mètres. Je l’entendais manger. J’entendais vraiment, quand il arrachait de l’herbe, je l’entendais respirer, et ça c’est incroyable. T’es vraiment dans la vie de l’animal.”


Retrouvez cet épisode en intégralité dès maintenant ! Vous avez manqué le précédent ? Découvrez l’épisode 2 juste ici !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici