Défense de la ruralité contre les dernières décisions d’interdiction des chasses traditionnelles.

C’est une saison qui commence le moral en berne pour les chasseurs. Après la suspension de la chasse à la glu, puis l’interdiction du tir de la tourterelle des bois en ce début de septembre, s’en est trop pour les chasseurs. Ces derniers montrent leur mécontentement lors d’une manifestation à Prades, le 12 septembre dernier. Les chasseurs défendent la ruralité !Ces interdictions ne suffisent pas aux écologistes, qui gardent en ligne de mire 6 arrêtés ministériels pris le 27 juillet, et s’adressent à nouveau au Conseil d’Etat en référé. Les arrêtés visés concernent notamment la capture de l’alouette des champs par l’utilisation de pantes et de matoles dans le Lot-et-Garonne. 

Pour l’association One Voice, il s’agit d’arrêtés “parfaitement contraires à la directive ‘Oiseaux’ de la Commission européenne”. Michel Auroux, présent de la Fédération de chasse du Lot-et-Garonne, assure quant à lui que “cette année, filets ou matoles, ce seront 4 100 alouettes qui seront prélevées dans notre département”.

Il demande un respect de la ruralité et des traditions de chasse, et témoigne de la mise en place de comptages qui montrent que les populations d’oiseaux visés par les environnementalistes ne sont pas en danger.

Et ensuite ? Quelle nouvelle interdiction faut-il attendre du côté des chasseurs ? On parle notamment d’une proposition de loi faisait affaire de “la chasse à courre et pratiques de chasse équivalentes, ainsi que les chasses dites traditionnelles”.

Le cortège des chasseurs défile à Prades

Ce sont donc plusieurs centaines de chasseurs qui défilaient dans les rues de Prades en cette journée du 12 septembre, venus en bus depuis plus d’une dizaine de départements voisins des Pyrénées-Orientales. 

Parmi les chasseurs, se tenaient présents à la manifestation le syndicat des vignerons de l’Aude, ainsi que les membres de l’Association de défense des chasses traditionnelles à la grive et du Mouvement de la ruralité, ou encore Johanna Clermont, la coqueluche chasse d’Instagram.

Les manifestants ont symboliquement choisi de défiler dans la ville du Premier ministre Jean Castex, défendant la chasse présentée comme “mode de vie” sur leurs pancartes.

Journée de chasse soutien les chasseurs

Encore une fois, pour les chasseurs, et comme l’explique Michel Auroux, ce sont des décisions qui viennent des villes, loin des campagnes chères aux chasseurs, et qui attaquent de plein fouet la ruralité. 

Selon le président de la FDC66, Jean-Pierre Sanson, le but de la manifestation est de “ne pas laisser la chasse française, et au-delà nos traditions rurales, continuer à être dénigrées et attaquées par nos détracteurs”.

Le président de l’Association de Défense des Chasses Traditionnelles à la Grive parle d’une parole non tenue de la part de Jean Castex et du gouvernement, qui seraient revenus sur un accord du début août fixant le quota de chasse à la glu à 22 000 oiseaux.

Chez journée de chasse, nous comprenons la colère des chasseurs, et soutenons la protection des traditions et de cette idée de la ruralité qui nous est chère.

Retrouvez tous nos articles de chasse

Vous aimez les retours d’expérience ? Sachez que nous donnons la parole à plusieurs de nos chasseurs. Voici tous les articles de chasse lors d’une expérience réalisée grâce à notre plateforme. Vous pouvez également découvrir la chasse aux canards dans d’autres régions de France !

Réservez votre prochaine chasse

Journée de chasse propose une multitude d’offres de chasse aux canards. Voici notre sélection. 

Découvrir les Territoires >

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici